Logo Mlada 2Projet Région et projet MSHA

Réseau MLADA (« Musique, Littérature, Arts et Danse Associés »)

Responsable : Pascale Melani.

logo MLADA Marius-Petipa3En mai 2013 a été fondé le réseau MLADA « Musique, Littérature, Arts et Danse Associés », réseau interuniversitaire, interdisciplinaire et international de chercheurs spécialisé dans l’aire est-européenne et slave, porté par la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, en association avec la Maison des Sciences de l’Homme Ange-Guépin de Nantes. L’idée de cette table-ronde est née du constat que la musique et le théâtre musical des pays d’Europe centrale et orientale restent très largement méconnus non seulement du public, mais aussi des chercheurs francophones. Ce réseau regroupe des enseignants-chercheurs de l’unité de recherche CLARE (Pascale Melani, Marie-Cécile Barras, Pierre Katuszewski, Natalie Morel Borotra, Marie-Lise Paoli), de l’Institut national des arts de Moscou (Russie), de Barich College, Université de la ville de New York, du Conservatoire d’État Rimski-Korsakov de Saint-Pétersbourg, de l’Université de Naples L’Orientale, de l’Université de Salzbourg (entre autres).

Grâce au soutien de l’université de Bordeaux 3, une table-ronde préparatoire a pu se tenir les 27-28 mai 2013 à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine. Pascale Melani a effectué une mission en Russie du 24 juin au 7 juillet 2013 afin de rencontrer des spécialistes russes et localiser les archives, avec la collaboration de Sergej Konaev. Ce travail de repérage se poursuit actuellement. Un blog scientifique a été créé sur le réseau hypotheses.org (http://mlada.hypotheses.org/) afin de faciliter la mise en réseau des chercheurs. Cet outil, qui est devenu pleinement opérationnel à partir de janvier 2014, permettra de mutualiser la documentation et les sources, d’établir une bibliographie de travail plurilingue, de formuler des hypothèses qui pourront alimenter les axes de travail pressentis. Les membres du réseau MLADA ont également fondé une association culturelle, domiciliée à Bordeaux, dont l’un des objectifs est la célébration du bicentenaire de la naissance de Marius Petipa en 2018.

L’objectif à court terme du réseau MLADA est de réaliser une synthèse scientifique sur l’activité de Marius Petipa (1818-1910), une des figures centrales de l’histoire du ballet. L’importance du rôle de Petipa pour l’histoire du ballet classique, des relations culturelles franco-russes et de la danse de façon générale justifie qu’une étude globale de son œuvre en français soit enfin réalisée, ainsi que la publication de ses écrits. Les chercheurs projettent de regrouper les données sur le rôle de Petipa en tant que danseur, chorégraphe et organisateur en le replaçant dans la vie artistique de son temps, en privilégiant les approches transversales et en s’attachant à collecter à travers l’Europe les documents inédits. Ce travail devrait constituer l’étape préparatoire à la finalisation d’un projet de recherche plus vaste, le but ultime étant d’élaborer, sur la base d’une collaboration internationale, une histoire culturelle du théâtre musical dans l’aire est-européenne et slave.

Un projet de recherche triannuel a été retenu par le Conseil régional de la région Aquitaine qui se déroulera en trois phases.

Phase 1

De Bordeaux à Saint-Petersbourg, Marius Petipa (1818-1910) et le ballet « russe »

Il s'agissait de rassembler les connaissances les plus actuelles sur la vie et l’œuvre de Marius Petipa, de dresser un panorama le plus complet possible de ses ballets et de préciser son rôle dans l’histoire du théâtre musical, ainsi que sa place dans l’univers contemporain de la danse.

  • Le colloque se déroulera les 21, 22 et 23 octobre 2015 dans le salon Gérard-Boireau, Grand Foyer du Grand-Théâtre de Bordeaux (accord de Laurent Croizier, directeur-adjoint en charge du développement et de la communication de l’Opéra National de Bordeaux). Ce colloque, qui devrait être un temps fort de la vie scientifique régionale, ambitionne de rassembler en Aquitaine les meilleurs spécialistes de la danse classique d’Europe, de Russie et d’Amérique du Nord. Des doctorants seront invités, comme Aurélie Bergerot de l’université Paris 8 (sujet de thèse déposé le 16/01/2012 sous la direction de Gianfranco Vinay : « Les reprises des ballets de Marius Petipa par Rudolf Noureev pour l’Opéra National de Paris. Musicalité et esthétique renouvelées ? ») ou Maria Zhiltsova de l’université Paris 1 (sujet déposé le 03/11/2012 sous la direction de Marie-Pierre Rey : « Jules Perrot, danseur et chorégraphe français entre Paris, Saint-Pétersbourg et Moscou (1810-1892) : contribution à l’histoire des transferts culturels et des circulations artistiques entre la France et la Russie au XIXe siècle, le cas de la danse »).

Grâce au concours de Charles Jude, directeur du Ballet national de Bordeaux, le colloque associera également des danseurs réputés, français et étrangers, qui livreront leur témoignage sur l’interprétation des œuvres et apporteront leur éclairage de professionnels sur le style Petipa. Une captation vidéo est prévue grâce au concours du Pôle de production audiovisuelle de l’université Bordeaux-Montaigne. Le colloque coïncidera avec un spectacle d’extraits ballets de Petipa donné par le Ballet national de Bordeaux.

 • Phase 2

La fin de l’année 2015 et les deux années suivantes 2016-2017 seront consacrées à la valorisation de la recherche et à la préparation des publications, en prévision du bicentenaire de la naissance de Marius Petipa en 2018. Nous privilégierons la publication en ligne des actes du colloque, simultanément en russe et en français, sous l’autorité scientifique de chercheurs reconnus comme Elizabeth Souritz (Institut des Arts, Moscou), Natalia Dunaeva (Conservatoire de Saint-Pétersbourg) ou Anne Swartz (Université de New York). Les résultats scientifiques générés par cette manifestation alimenteront ensuite une monographie sur les ballets de Marius Petipa, qui sera enrichie de documents inédits et devrait connaître une diffusion internationale, en plusieurs langues, en France, Russie, Etats-Unis, Italie. Parallèlement, est déjà initiée, sur la base d’une collaboration franco-russe, la collecte des écrits originaux du chorégraphe (journaux, mémoires, livrets, correspondance) en vue d’une édition complète qui fait actuellement défaut et qui devrait être achevée fin 2017. Pour toutes ces publications, des demandes d’aides seront soumises au Centre national de la danse et au Centre national du livre.

3. Phase 2 bis

L’héritage de Petipa, qui se situe au cœur même du répertoire chorégraphique, comporte une dimension patrimoniale importante, qui devrait être prise en considération tant par la partie russe que par la partie française en vue de la célébration de son bicentenaire en 2018, au niveau régional (dans le cadre du jumelage entre Bordeaux et Saint-Pétersbourg, par exemple), aussi bien que national et international. On prévoit plusieurs actions en vue de cette célébration :

• Au niveau régional :

—        Une conférence sur la danse classique adossée à une master class du PESMD de Bordeaux-Aquitaine

—        Des spectacles de ballet sur le thème « Marius Petipa » proposés par les institutions partenaires (Malandain Ballet Biarritz et Opéra national de Bordeaux)

—        Une exposition sur les ballets de Marius Petipa qui pourrait avoir lieu au Grand-Théâtre ou au Musée d’Aquitaine

—        La projection publique du film Troisième jeunesse [Tret’ja molodost’] de Jean Dréville, coproduction franco-soviétique de 1965 (Lenfilm-Alcam Film) retraçant l’arrivée de Marius Petipa à Saint-Pétersbourg en 1847 et ses débuts jusqu’au triomphe de La Belle au bois dormant.

• Au niveau national et international :

—        La mise en ligne d’une sélection des interventions sur le site de France-Culture, en vertu d’une convention liant la chaîne de radio culturelle nationale publique à l’université Bordeaux-Montaigne ; les autres interventions pourront être publiées dans la banque d‘Archives Audiovisuelles de la Recherche (AAR)  sur le site http://www.fmsh.fr/fr/c/1290

—        Une émission de radio sur France Musique (projet de Lætitia Le Guay)

—        Un film documentaire pour la télévision, sous réserve d’obtention d’un financement spécifique, sur un scénario établi par Nino Barkalaja et Ol’ga Petelina, productrices à Telekanal Kul’tura, avec la participation de Nikolaj Ciskaridze, ex-danseur étoile du Bol’ šoj, nouvellement nommé recteur de l’Académie de danse Vaganova (l’accord de ce dernier est acquis).