Mise à jour : 13 mai 2016

puce CLARERetour aux quatre programmes transversaux de CLARE

 

Présentation du programme

Éducation et Humanisme 2016-2020


Responsables

logo CLARE

Florence Boulerie (MCF Littérature moderne, CEREC) et Maria Cristina Panzera (MCF Littérature et civilisation italiennes, Centre Montaigne).

puce CLAREProgramme 2016-2020

Pour les prochaines années, le thème « Éducation et humanisme » s’articulera notamment autour de quatre questions :
• a. De l’adulte à l’enfant : la transmission par la lecture

Partant de l’importance croissante prise par le livre dans le développement de la culture et des valeurs humanistes à partir de l’invention de l’imprimerie, nous nous interrogerons sur l’évolution de la place du livre dans la formation intellectuelle et culturelle des enfants, notamment en cette période actuelle cruciale où l’objet livre tend à s’effacer au profit des écrans, faisant passer le texte d’objet fixé dans la matière imprimée puis reliée à un statut de données virtuelles, malléables et modulables. Du manuscrit à l’imprimé, de l’imprimé au numérique, qu’est-ce qu’apprendre à lire ? Cette question sur les moyens et les vecteurs de l’alphabétisation des enfants croisera une interrogation sur le sens et les valeurs de la lecture.
Dans la continuité du séminaire L’enfant lecteur développé au cours du précédent quinquennal (2014) et dont les résultats seront ainsi consolidés et enrichis, les recherches s’intéresseront à l’idéal traditionnel d’une transmission d’une culture du livre par les éducateurs lettrés autant qu’à l’invention d’un mode de lecture moderne par la définition d’une compétence de lecture ou « littératie ». Nos études prendront notamment appui sur les travaux d’Anne-Marie Chartier (en particulier : L’école et la lecture obligatoire, 2007) et l’oeuvre de Roger Chartier sur l’histoire de la lecture et se feront à la lumière des recherches actuelles en histoire (avec les études de Robert Black sur les manuscrits scolaires italiens des XIIe-XVe siècles), en littérature (voir par exemple les travaux de Sandrine Aragon sur la lectrice sous l’Ancien Régime, ou ceux de Vincent Jouve sur la théorie de la réception) et en sciences du langage.

Un séminaire interdisciplinaire doctoral (organisé sous la responsabilité de Florence Boulerie dans le cadre de l’École doctorale Montaigne-Humanités, ou dans le cadre de l’IdEX Bordeaux en 2015) examinera le rapport affectif au livre et au texte ainsi que la place des émotions dans le premier contact avec la lecture. Un colloque international aura en 2016 l’ambition de dessiner une histoire de l’enfant lecteur du Moyen Age au début du XIXe siècle. Nous comptons mobiliser à cette occasion la Région Aquitaine et les institutions culturelles municipales de la CUB, notamment la Médiathèque J. Ellul de Pessac. La librairie Mollat sera également sollicitée. Un volume collectif sera publié à la suite du colloque, en 2017.
Ces projets seront portés par des enseignants-chercheurs et des doctorants de l’équipe CLARE dans un souci d’interdisciplinarité. Des liens avec des équipes locales (CEMMC, TELEM, CLIMAS) intéressées par ces questionnements historiques, littéraires et pédagogiques seront développés, donnant ainsi une assise bordelaise solide. Les relations avec des chercheurs italiens (Turin, Pavie), allemands (Augsbourg), suisses (Lausanne) et anglais (Oxford, Centre of Childhood History) seront privilégiées afin de créer un réseau de recherche européen autour de l’éducation à la lecture et de l’histoire de l’enfant lecteur.

b. Écritures normées : valeurs culturelles et fonctions professionnelles
L’expression « écritures normées » est utilisée aujourd’hui dans les sciences sociales et le management pour indiquer tout texte écrit lié à des pratiques professionnelles et des systèmes de gouvernance à l’intérieur des sociétés. Cette même attention aux actes de communication en contexte professionnel et à leur portée sémiologique se trouve au centre du renouveau qui caractérise depuis une quinzaine d’années l’approche historienne des formes et des langages du pouvoir médiéval [voir travaux de M. Clanchy en Angleterre (1992), d’A. Petrucci en Italie (1995 et 1999) mais aussi « la nouvelle érudition » en France et le « New Historicism » aux États-Unis]. Le projet développé actuellement à l’Ecole Française de Rome à l’intérieur de l’axe de recherche « Genèse du droit administratif médiéval et moderne » sur Les écritures grises : les instruments du travail administratif en Europe méridionale (XIIe-XVIIe siècles) en est une illustration montrant bien l’intérêt que les écritures pratiques sont en train de susciter dans la recherche scientifique, qui ne se contente plus d’exploiter simplement les données et les informations tirées des sources d’archives (lettres, comptes, relations, formulaires, etc.) mais sollicite également une enquête sur les aspects matériels des documents ainsi que sur les conditions de leur production. Nos recherches sur les écritures normées dans l’axe « éducation et humanisme » s’orienteront plus spécifiquement sur les problématiques de formation dans un contexte professionnel donné (le secrétaire, le notaire, le comptable, le juriste, le diplomate, le courtisan, etc.) tout en s’interrogeant sur les valeurs (sociales, politiques, culturelles, etc.) à transmettre par le vecteur de ces normes.
Les travaux prendront en 2015 la forme d’un séminaire de l’Ecole doctorale (SID sous la responsabilité de Maria Cristina Panzera) sur le thème Écritures normées et identité politique et sociale. Moyen-Âge-XVIIIe siècle, qui fera dialoguer des historiens et des littéraires venant de plusieurs horizons (CLARE, Ausonius, École Française de Rome, Archives départementales). Cette question sera ensuite développée sous la forme de séminaires et de publications (2016-2019).

 c. De l’homme au citoyen : l’humanisme dans le champ socio-politique
Crise des valeurs et modifications profondes de la société caractérisent notre époque : l’éducation humaniste peut-elle apporter des réponses aux questionnements sur le devenir de l’individu dans le champ social et politique ? La connaissance de l’homme et la culture linguistique, littéraire, historique et morale qui caractérisent l’humanisme de la Renaissance aux Lumières conduisent-elles naturellement à la conscience citoyenne ? L’humaniste est-il par essence un citoyen ? Réciproquement, le citoyen est-il par définition nourri de culture humaniste ? Nos travaux examineront ces questions en portant une attention particulière aux différentes définitions de l’humaniste et de la citoyenneté selon les contextes historiques et politiques, de la monarchie à la république, de l’absolutisme à la démocratie. La permanence des valeurs transmises par l’éducation sera ainsi interrogée.
Un séminaire interdisciplinaire doctoral sur l’éducation à la citoyenneté sera lancé en 2015 par Nicole Pelletier, en collaboration avec Tristan Coignard et Mathilde Lerenard (SPH), et connaîtra des développements dans la suite du quinquennal.
d. La formation artistique à l’essence de l’humanisme
La place des arts dans la formation humaniste sera l’objet de recherches particulières au cours de ce quinquennal : la musique, les arts plastiques, le théâtre, la danse relèvent-ils d’un humanisme traditionnel ou moderne ? Sont-ils abordés en tant que savoirs théoriques ou pratiques artistiques ? L’évolution de l’enseignement artistique en contexte scolaire est une question d’actualité polémique qui mérite un éclairage par la recherche pédagogique. Une comparaison de la situation actuelle avec celles de périodes antérieures enrichira le champ d’étude et permettra une évaluation nuancée des problèmes soulevés. Souvent relégués à la lisière de l’enseignement public, les arts apparaissent aujourd’hui parfois comme un élément superflu, laissé au loisir de l’éducation privée. Pourtant la formation de l’adulte accompli selon un modèle humaniste peutelle se dispenser de ces connaissances et de ces pratiques ?
Une journée d’étude prévue en 2015 initiera la réflexion en se focalisant sur le domaine de la musique et en favorisant un dialogue entre les chercheurs et un public non universitaire : la place de l’éducation musicale dans l’enseignement de l’école primaire fera ainsi l’objet d’une mise au point sur l’initiative des musicologues de CLARE (Marie-Cécile Barras en particulier). Cette problématique donnera lieu à d’autres manifestations portant sur d’autres champs disciplinaires.

 


2014 Education et humanismeARCHIVES 2011-2015

Responsables

- depuis 2013 : Florence Boulerie (MCF Littérature moderne, CEREC) et Maria Cristina Panzera (MCF Littérature et civilisation italiennes, Centre Montaigne).

- jusqu'en 2012 : Nicole Pelletier (CIRAMEC), Sabine Forero Mendoza (MCF-HDR Esthétique, ARTES)

Présentation

 La réflexion sur la définition et la transmission des valeurs humanistes en lien avec les pratiques et les orientations éducatives situe ce thème de recherche au centre d’un questionnement plus que jamais actuel au plan international et national, non seulement par rapport au débat en cours sur la postmodernité et la mutation culturelle dont elle est signe (Foucault, Kristeva, le « nouvel humanisme », etc.), mais également au vu des enjeux de cette thématique au sein des politiques éducatives nationales et européennes (voir les réformes récentes de l’enseignement scolaire ou universitaire). Si une étude de la situation contemporaine s’impose comme incontournable, notre intention est aussi de la mener sous l’éclairage historique qu’apporte une perspective diachronique. La réflexion sur l’héritage humaniste (du XIVe siècle à l’époque contemporaine) et l’approche interdisciplinaire sont envisagées ici comme des façons d’aborder la relation entre éducation et humanisme de manière nuancée et problématique. L’humanisme, est-ce une culture du passé que des élites se transmettent d’une génération à l’autre ? Ou bien une culture qui s’invente au fur et à mesure d’une diffusion qui ne serait pas réductible à une simple vulgarisation ?

Ce travail de recherche a mobilisé plusieurs EC et doctorants à partir de 2011, permettant de construire au niveau local un réseau très actif, comme en témoignent la publication et les activités indiquées ci-dessous.

Publications

N. Pelletier et D. Picco (dir.), Éducation et humanisme, Essais. Revue interdisciplinaire d’Humanités, 4, 2014. Cette publication collective est l’aboutissement d’un premier cycle de séminaires, ateliers, rencontres qui se sont échelonnés entre 2011 et 2013.

Activités

Le thème a été précisément exploré dans trois directions :

Le premier humanisme italien (responsable : Maria Cristina Panzera).

Dans la continuité de travaux antérieurs portant sur la littérature didactique et allégorique, l’œuvre de Francesco de Barberino et les formes de savoirs qui caractérisent le premier humanisme italien (première moitié du XIVe siècle) ont aussi été étudiées, notamment dans le cadre d’une participation au programme interuniversitaire de recherches dirigé par Violaine Giacomotto-Charra (EA 4195 TELEM) et Pascal Duris (EA 4574 SPH), Formes du savoir (1400-1750), hébergé et financé par la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine. Des publications sont en cours.

L’espace scolaire par le prisme de l’écriture littéraire et cinématographique (responsables : Antony Soron et Nicole Pelletier).

L’espace scolaire n’a jamais été neutre. Scène de la transformation de l’enfant par le jeu des dynamiques sociales et identitaires qu’implique la vie à l’intérieur de la microsociété scolaire, il apparaît à l’inverse, un lieu sinon de friction au moins de tension. En jeu, le développement de l’enfant, qui passe nécessairement par la médiation transmissive et/ou éducative de l’adulte. Il n’est pas anodin que littérateurs et cinéastes s’y soient intéressés en adoptant différents points de vue sur le fait scolaire. Par là même, il semble fructueux de croiser les regards sur l’école sans restriction d’époque ni de lieu géographique, afin de la questionner sans parti pris idéologique : l’enjeu demeurant de réfuter à terme l’idée du lieu commun « école ». Deux  journées d’étude ont été consacrées à ce questionnement. Un ouvrage (L’espace scolaire par le prisme de l’écriture littéraire et cinématographique) est en préparation.

2013 : L’ESPACE SCOLAIRE PAR LE PRISME DE L’ÉCRITURE LITTÉRAIRE ET CINÉMATOGRAPHIQUE (II)

2012 : L’ESPACE SCOLAIRE PAR LE PRISME DE L’ÉCRITURE LITTÉRAIRE ET CINÉMATOGRAPHIQUE (I)

 • Travaux sur le genre, les questions de la mixité aujourd’hui :

2014 Femmes enseignement PF- 2009 : colloque Rapports de genre, rapports de classe : femmes, travail et métiers de l’enseignement, réalisé à Bordeaux en partenariat. La réflexion, directement en prise sur les missions de formation des enseignants, s’est attachée aux conséquences de la salarisation massive des femmes dans le cadre de la mondialisation et des problématiques nouvelles qui lui sont associées, dans et hors travail. Une publication a été tirée de ces travaux : Marie Estripeaut-Bourjac, Nicolas Sembel (dir.), Femmes, travail et métiers de l’enseignement : rapports de genre et rapports de classe, Rouen, Presses Universitaires de Rouen et du Havre, 2014.

- 2014 et 2015 : deux journées d’étude, avec la participation du philosophe et écrivain Henri Peña Ruiz :

Mixité et éducation : pratiques sociales et dimensions culturelles, mai 2014

Laïcité et éducation : Diversité des pratiques en France et ailleurs, mars 2015

- 2015: publication d'un ouvrage collectif sous la direction de Marie Estripeau- Bourjac et Dominique Gay-Sylvestre : Mixité et éducation. Pratiques sociales et dimensions culturelles, Limoges, PULIM, 2015.

 Consulter également : 

 

Dernières publications

2017, 		 La règle et le temps. Sur Le Chevalier au Lion de Chrétien de Troyes, Yannick MOSSET2017, Tristan Coignard, Une histoire d’avenir. L’Allemagne et la France face au défi cosmopolitique (1789–1925)2017/ Pierre Baumann, Sabine Delcour - De Cibecue à LemniscateLe tract, média du pouvoir et des contre-pouvoirsEidôlon, n°120, 2017 - Imaginaire et transmission, Mélanges PeyletEidôlon, n°119, 2017 - L'imaginaire du sacré2017, Apulée. Roman et philosophie, Géraldine Puccini Eidôlon, n°118, 2017 - Le Bon Passage2016, De la France à la Russie, Marius Petipa : Contexte, trajectoire, héritage, Pascale Melani (éd)