2017 03 16 affiche Orient Occident htAppel à communication

(pour proposer vos contributions : voir contact en fin de page)

Journée d’étude Master REEL
Jeudi 16 mars 2017
9h30 – 18h
Organisée par Mounira Chatti

Orient et Occident :
Poétique et politique de la relation (2)

Suite à la première journée d'étude en décembre, voici le second volet.

Perspectives
Faisant un retour sur son grand texte Orientalism (L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, 1978) et sur les nombreux commentaires qu’il a suscités, Edward W. Said écrit : « Loin de défendre les Arabes ou l’Islam – comme beaucoup l’ont cru en lisant mon livre –, ma thèse est qu’aucune de ces deux entités n’a jamais existé autrement qu’en tant que “communauté d’interprétation” et que, comme le terme d’Orient lui-même, chaque désignation représente des intérêts, des revendications, des projets, des ambitions et des rhétoriques qui, à l’époque, étaient non seulement violemment opposés, mais aussi inscrits dans une situation de guerre déclarée » (Réflexions sur l’exil et autres essais [Reflections on Exile], trad. Charlotte Woillez, Actes Sud, 2008). Par ailleurs, Edward W. Said pose les questions essentielles dans un monde dit globalisé et cosmopolite. Que signifie être exilé, déplacé, vivre entre plusieurs mondes ?  Comment l’Occident se représente-t-il le monde arabo-musulman ? Comment combattre l’idée du « choc des civilisations » ? Il souligne également la spécificité du rapport au monde des très nombreux artistes expatriés ou exilés qui, du fait de leur expérience du déplacement, ont contribué à la critique de l’eurocentrisme et à la déconstruction des processus d’essentialisation de l’identité ou de la culture : « Ces épreuves engendrent une urgence, pour ne pas dire une précarité de la vision et une fragilité de l’énoncé, qui rend l’usage du langage bien plus intéressant et provisoire qu’il ne l’aurait été autrement » (Ibid.).
Axes
· Identité, altérité, voyage, exil, frontière
· Intertextualité, réécriture, imagologie
· Traduction, transmission, mémoire

Accueil dès 9h30
Avec la participation de :

Christiane Chaulet Achour (Université Cergy-Pontoise) :

« Jamel Eddine Bencheikh : un regard “inlassablement porté vers l’autre” »


[L’intervention procédera en deux temps : quelques réflexions sur un parcours et les recherches possibles ; puis l’arrêt sur deux textes : son conte-poème de 1981, « Le joueur de flûte » et le « prélude » de son roman Rose noire sans parfum (Stock, 1998). J. – M. Bencheikh, cet inlassable passeur entre l’Orient et l’Occident, a été au coeur d’une poétique et d’une politique de la relation. L’examen de son oeuvre (dans ses différentes facettes) permet d’aborder les axes de la journée d’étude. Benjamin Stora parle « d’un personnage en dissidence sur le plan de la pensée politique, sentinelle vigilante contre tous les intégrismes, tous les fanatismes ; polémiste redouté par les adeptes des pensées toutes faites, les conformistes qui acceptent la puissance des États et les obscurantismes véhiculés par les sociétés. […] Car il n’y a pas deux Jamel Eddine Bencheikh : le romancier, le poète, l’homme de lettres d’un côté, et de l’autre le polémiste engagé. Il y a un homme entier, courageux, rigoureux dans ses choix ». C’est cet intellectuel majeur que je voudrais évoquer].


*
Communications des étudiants – Master
*
Table ronde (TELEM – CLARE)
& Département d’Arabe
*
17h30 – Cocktail
Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.